Je ne dirais rien s’ils payaient leur loyer…

Il y a quelques années, ma plus jeune fille a mentionné qu’elle avait vu «une grosse souris» dans notre jardin. Je croyais qu’elle fabulait, jusqu’à ce que qu’il vienne jouer :

The Tenant

Nous avons maintenant vu plusieurs de ces locataires qui habitent sous notre terrasse. Je le tiens de source sûre qu’ils trainent du côté du compost derrière le garage, à fumer des clopes jusqu’au petit matin. Ils ont une mauvaise influence sur les chats du quartier.

Quel genre d’invités avez-vous ?

A ton tour, l’écrivain.

La semaine dernière, j’ai publié mon premier livre (Les Fléchettes) sur Amazon et je suis tombé sur ce vieux post de Facebook. C’est un extrait de mon journal. J’ai ri tout haut en lisant les commentaires et j’ai réalisé que ce rêve était là depuis bien longtemps. Merci à vous tous qui m’avez encouragé.

Jaime Deter:      Alors Ben…pourquoi n’es-tu pas écrivain… Je vois une newsfeed & je suis accro… J’aimerais bien lire ‘le reste de l’histoire.’ Sérieusement… tu as un don. 

14 janvier 2011
Cocoa Beach, Floride

Je suis quand même allé me baigner. Je n’ai pas pu résister. Ne le dites pas à ma femme, ni à mon rhume. 

Je suis allé à une réunion budgétaire au Kennedy Space Center aujourd’hui. J’ai écouté, joué mon rôle et essayé de ne pas faire couler mon nez sur la table. Après le boulot, la plage hivernale m’appelait, et je n’ai pas pu y résister. Ne le dites pas à ma femme, ni à mon rhume.

Oh.  Et j’ai fait des gammes de blues sur mon harmonica pour les mouettes ensoleillées. Il y avait du vent, alors je me suis caché derrière le panneau du maître-nageur jusqu’à ce que ces imbéciles rentrent chez eux en emportant leur panneau stupide. Et puis le vent m’a rappelé que je m’étais promis de faire de l’exercice. En courant pieds nus dans l’eau, j’ai fini par courir pieds nus et sans pull dans l’eau… de fil en aiguille… Alors que je courais, mes jambes m’ont dit qu’elles avaient envie de se faire éclabousser un peu plus, j’ai donc tout enlevé à part mon short et me suis offert une douche dorsale. L’eau berçait mes pieds et amortissait l’impact sans me ralentir. J’avais l’impression d’être une Ferrari, profitant d’un circuit calme, regardant passer les lignes de touche vides avant de prendre un virage serré. J’aurais dû amener ma combinaison, mais bientôt je nageais quand même.

Sur le chemin du retour, il faisait froid, mais j’ai pu faire un pied de nez à la morne salle de gym de l’hôtel en allant prendre une douche chaude.

Ben Hewett @ Cocoa Beach

Merci de m’avoir encouragé à suivre mes rêves, Jamie.